Film | Zinder | Une autre facette du Sahel

Zinder, film documentaire de Aïcha Macky

Le Sahel à perte de vue. Une ville, Zinder. Des balafres, des muscles, de la rage,… et de la rage de vivre aussi.

En juin dernier, c’est devant une salle comble qu’a eu lieu l’avant-première du film Zinder à Niamey au Niger.
Après plusieurs projections internationales la réalisatrice nigérienne Aicha Macky était de retour à la maison pour présenter son dernier documentaire.

Loin des clichés et des préjugés, loin des gros titres qui résument cette zone au djihadisme et aux opérations militaires infructueuses. Loin aussi de la légendaire Damagaram, première capitale du Niger regorgeant d’Histoire, de culture et d’intellectuels. C’est dans l’autre Zinder que l’on pénètre. Celle des bas-fonds, celle d’une jeunesse frustrée et rageuse dont on détourne le regard, celle des lépreux, de la débrouille, celle de jeunes hommes et femmes qui lutteront malgré tout et par tous les moyens nécessaires pour survivre, se prouver leur existence et subvenir aux besoins de leurs proches. À travers les yeux d’Aicha Macky, on pénètre dans la Zinder dont on ne parle pas.

En même temps, on ne s’y balade pas comme ça dans ‘les palais’ de Kara Kara. On ne s’y frotte pas comme ça, à ces jeunes. Et il aura fallu 8 ans d’immersion, de patience, de bienveillance et d’audace à la réalisatrice et sociologue pour recueillir ces témoignages débordant de souffrance, de révolte et dénués de scrupules, réaliser ces images sans filtre, peindre les paysages arides de la région où elle a grandi ; 8 ans pour emprunter les pistes et tenter de comprendre comment on en arrive là.

C’est à travers l’histoire de Sinia Boy, Bawo et Ramsess que l’on découvre la réalité des gangs de Zinder. Violence, contrebande, vols et viols, aucun délit n’est évité. Et pourtant le récit d’Aicha Macky nous encourage à ne pas juger.
Il faut remonter aux années 1970 pour comprendre. D’abord périmètre où on isole les malades atteints de la lèpre, le quartier de Kara Kara devient vite le repère de tous les laisser-pour-compte. Délaissés par l’État, rejetés par la société, ils s’organisent pour survivre. Plusieurs années plus tard, c’est une génération frustrée, ignorée, peu lettrée et incomprise qui arpente les rues de la ville sahélienne et sème la terreur. Entre désabusement, colère, humour et sursauts d’espoir, les 3 personnages se livrent sans artifice.

L’éducation, le rôle de l’État, le terrorisme, la présence d’ONG et d’organisations internationales, le trafic d’essence, la soif d’exil… Les problématiques actuelles au Niger, les enjeux dans la région, les raisons de leur situation et autres sous-entendus s’entrechoquent dans les témoignages.
Silences, paysages dignes d’un western et scènes de nuits contrastent avec des témoignages bruts.
Zinder dépeint une situation complexe et met un visage sur une jeunesse invisible, sans tomber dans le pathos ou pointer du doigt. On comprend que le terrain est fertile aux actes désespérés, sans oublier que les extrémismes ne sont jamais loin et avides… un message à qui voudra l’entendre, s’y confronter et prendre sa part de responsabilité.

Dans la salle de conférence Mahatma Gandhi à Niamey, le public n’est pas indifférent. On murmure, on rit, on s’offusque parfois.
Aicha Macky se prête à un jeu d’équilibriste : offrir une vérité crue au monde sans entacher la fierté des zindérois, des nigériens et s’attirer les foudres de l’État en montrant ce que l’on tait.
Le pari est réussi et c’est en coqueluche que la réalisatrice a été reçue à l’issue de la projection !

Si des questions restent en suspens, Aicha Macky nous fait avant tout regarder cette jeunesse droit dans les yeux. Zinder nous offre des pistes et nous souffle que la ville a encore beaucoup a révéler.

Le film documentaire Zinder est actuellement programmé dans plusieurs villes du monde, et sûrement prêt de chez vous. Aux cinéphiles, aux amoureux du Niger, à ceux qui souhaitent soutenir le cinéma africain et les femmes réalisatrices, et enfin à ceux qui veulent découvrir une autre facette de la situation actuelle au Sahel… pour bien des raisons, ne le manquez pas !


Zinder

82 min
Film de Aicha Macky
France/Niger/Allemagne
2020
Production : Tabou Production
Producteur délégué : Ousmane Samassekou
Coproduction : Les Films du Balibari (France), Corso Film (Allemagne)
Camera : Julien Bossé.
Editeur : Karen Benainous
Musique : Dominique Peter

Prochaines projections

Durban International Film Festival, Durban – 22 juillet/1 août 2021
First Look Festival, Museum of the Moving Image, New York – 24 juillet 2021
Festival Cinémas d’Afrique, Lausanne – 18/22 août 2021
Bientôt en tournée au Niger
Zinder, le film - affiche

Découvrez plus de documentaires ici